paroles de chansons  Jeudi 3 Juillet
 Événements/Histoire du 3 Juillet
Liste des chanteurs

Louis Capart
sa vie, son oeuvre

Une chanson au hasard


 
Je voudrais prendre des vacances

Je voudrais prendre des vacances
Me mettre en congé de l'ennui
Vivre d'abord mes jours de chance
Laisser pour plus tard les soucis
Je voudrais par inadvertance
Oublier la saison des pluies
Découvrir en toute innocence
Les menus plaisirs de la vie

Que m'importe que l'on devine
Mes rêves les plus anodins
Je ferai du lèche-vitrine
A la boutique du destin
J'aurais pour toute discipline
De ne jamais servir à rien
Comme une force en ma poitrine
Comme un courage qui me vient...

Il est toujours trop facile
D'avoir au coeur du jardin
Parmi les plantes fragiles
La ronce et le mauvais grain
Je veux sans effort futile
Sans peine au bord du chemin
Sentir les parfums subtils
Du chèvrefeuille au jasmin

Je voudrais prendre des vacances
Le matin et l'après-midi
Et goûter cette récompense
Chaque jour autant que la nuit
Je voudrais par inadvertance
Oublier tout ce qu'on m'a dit
Sur le courage et la vaillance
L'honneur du devoir accompli

Je voudrais ce bonheur facile
Juste à la portée de ma main
Pendant que le temps se défile
De remettre à vos lendemains
Autant de gestes inutiles
Que de longs travaux fastidieux
Qu'enfin ma paresse jubile
D'avoir le repos courageux

Il est toujours trop facile
D'avoir au coeur du jardin
Parmi les plantes fragiles
La ronce et le mauvais grain
Je veux sans effort futile
Sans peine au bord du chemin
Sentir les parfums subtils
Du chèvrefeuille au jasmin

Je voudrais prendre des vacances
Me mettre en congé permanent
Dans un coin de mon existence
Faire un tas de mes vieux tourments
Je voudrais par inadvertance
Oublier le geste important
Et glissant sur la nonchalance
Ne plus vivre à contre-courant

Je voudrais ce bonheur facile
De m'en aller seul dans mon coin
D'avoir cette main malhabile
Dont nul ne peut avoir besoin
Et comme l'autre légendaire
Dont le bois est sans intérêt
Je pourrais vivre centenaire
Inutile mais satisfait

Il est toujours trop facile
D'avoir au coeur du jardin
Parmi les plantes fragiles
La ronce et le mauvais grain
Je veux sans effort futile
Sans peine au bord du chemin
Sentir les parfums subtils
Du chèvrefeuille au jasmin


Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif
envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact    ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  ·  1600 poèmes · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)

Cette page a mis 0.06 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr