paroles de chansons  Samedi 28 Juin
 Événements/Histoire du 28 Juin
Liste des chanteurs

Léo Ferré
sa vie, son oeuvre

Une chanson au hasard


 
Je t'aimais bien, tu sais...

Je te vois comme une algue bleue dans l'autobus
A la marée du soir gare Saint-Lazare
Mon Amour
Je te vois comme un cygne noir sur la chaussée
A la marée du soir gare Saint-Lazare
Quand ça descend vers le Tiers Monde
Mon Amour
Je te vois avec ta gueule électronique
Et des fils se joignant comme des mains perdues
Je te vois dans les bals d'avant la guerre
Avec du swing dans l'écarlate de la nuit
A peine un peu tirée sur l'ourlet de tes lèvres

Je t'aimais bien, tu sais
Je t'aimais bien, tu sais
Jusqu'au fond de l'amour
Au plus profond de toi
Mon Amour
Je t'aimais bien, tu sais
Je t'aimais bien, tu sais
Je te sais dans les bras d'un autre et je calcule
L'arrivée de ce flot le cubage des brumes
Qui vont porter le deuil dans ton lit de fortune
Je t'aimais bien
Tu ordonnances la clarté de tes prunelles
A petits coups de rame en rimmel tu te tires
Vers les pays communs dans la nuit qui s'évade

Je me maquillerai ce soir sous l'arche de tes hanches
Une cigarette aussi... Donne-m'en une
Tiens, ma goulée, la dernière
Mon Amour
Tu m'entres dans les poumons
Ça fait tout bleu dans mes éponges
Tu plonges tu plonges
Une cigarette aussi
Ta goulée verte c'est mon espoir qui s'allume
Comme les phares sur les côtes d'acier
Mon Amour
Ces marques de la vie qui portent des sanglots
Ces marques de l'amour qui portent les dents longues

Je t'aimais bien, tu sais
Je t'aimais bien, tu sais
Jusqu'au fond de l'amour
Au plus profond de toi
Mon Amour
Je t'aimais bien, tu sais
Je t'aimais bien, tu sais
Je n'ai plus de raccord pour te raccorder
La prise dans mes dents je suis mort cet automne
Sous tes cheveux rouquins passés au henné Sun
J'étais cuivré comme au fond de la rancoeur des hommes
O ma Vierge inventée O ma Vierge inventée...
Je t'aimais bien, tu sais
Je t'aimais bien, tu sais
Je t'aimais bien, tu sais
Je t'imagine dans les soirs de Paris
Dans le ciel maculé des accumulateurs
J'accumule du vert de peur d'en être infirme
Le vert de la prairie le long du quai aux Fleurs
Je l'ai mis de côté l'autre hiver pour t'abstraire
Ton figuré avec ses rides au point du jour ça me dégueule

Je t'aimais bien, tu sais
Je t'aimais...


Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif
envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact    ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  ·  1600 poèmes · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)

Cette page a mis 0.02 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr