paroles de chansons  Samedi 5 Juillet
 Événements/Histoire du 5 Juillet
Liste des chanteurs

Léo Ferré
sa vie, son oeuvre

Une chanson au hasard


 
La Complainte de la télé

On m'appell' la télé, la montreuse à tout-va 
Avant d'fair' le trottoir j'me les caill' sur les toits 
J'suis pas grand-chos' de bien, c'est sûr, mais ce qui m'gêne 
C'est leurs yeux interlopes qui me luxent les antennes... 
J'ai un gars qu'est direct et l'autre qu'on nomm' play-back 
Et tout ça s'pellicule et tout ça s'met en boîte 
Mais les clients sérieux c'est pas qu'ils m'embarrassent 
Et pour pas fair' d'envieux j'me les fais face à face 

On m'appell' la télé, la montreuse électrique 
Et j'suis comme un' morphin' qu'endort la république 
Quand y'a des pinailleurs qui m'soulèv'nt des problèmes 
Sur qui ou quoi ou qu'est-ce... j'leur dis : Jugez vous-mêmes 
Un ministre à l'année que l'trottoir indispose 
Entre deux cabinets fréquent' ma télé-close 
Pour les yeux affamés qui vont chercher fortune 
Dans mon lit à colonnes j'peux leur montrer ma Une 

On m'appell' la télé des famill's tout c'qui y'a d'mieux 
J'ai des ministres oc-CULtes à qui je fais les yeux 
J'suis la télé-partouze, final'ment, faut bien l'dire 
Qu'importe la partouze quand c'est pour le plaisir 
Des fois j'suis l'invisible, j'en ai qui marchent à ça, 
T'as pas vu, mon coco, mes soutiens-caméras ? 
Quand je suis exciting, y'a de drôl's de poulets 
Qui fout'nt un carré blanc sur ce qu'ils vont lorgner 

On m'appell' la télé et j'fais tous les quartiers 
Avec mes patt's en l'air j'ai l'voyeur assuré 
L'Olympe s'est vidé, l'music-hall du bisness, 
Alors pour le remplir il tâte mon Palmarès 
Depuis qu'j'ai d'la Lectur' pour tous j'suis un peu snob 
J'bouffe avec Montherlant qui m'amélior' mon job 
Mais comm' le vendredi c'est le jour d'la morue 
Mon mac Panorama me fout au coin des rues 

On m'appell' la télé d'la photo cavaleuse 
Sur mon trottoir là-haut j'me sens tout' transisteuse 
Tout comm' les fill's publiques qu'ont leur jour de sortie 
Moi pour prendre un coup d'air faut qu'j'me tap' le rugby 
Des fois j'suis comm' les grues qui font du sentiment 
J'fais pas payer trop cher et tout l'monde est content 
Des fois j'suis pas causeuse, c'est quand j'ai mes affaires 
Alors je dis : Barka ! et j'prends l'frais mon p'tit père...


Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif
envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact    ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  ·  1600 poèmes · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)

Cette page a mis 0.03 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr