paroles de chansons  Lundi 30 Juin
 Événements/Histoire du 30 Juin
Liste des chanteurs

Bernard Lavilliers
sa vie, son oeuvre

Une chanson au hasard


 
Juke-Box

J'écrivais des chansons sur le coin d'un juke-box
Tirant sur un gazon qu'avait rien d'orthodoxe
Je balançais mes mots de cuir et de charbon
Vivant à fleur de peau dans mes contradictions

Tous les bourgeois frileux ont transformé nos mots
En ont fait des jingles rétros pour les radios
Ont rachetés nos cuirs, nos motos, nos surins
Et nos copeaux bleutés vont finir chez Cardin

J'aurais voulu t'écrire une chanson d'amour
Pleine de bons sentiments, de départs, de retours
Enrobée de violons et de choeurs et d'échos
'Fin bref une chanson qui passe à la radio

Quand ton meilleur copain finit par te braquer
Tout ce que t'avais gardé pour le froid et l'angoisse
S'en va sur le chemin du brown et du sucré
Et tu restes tout seul les deux pieds dans la crasse

Moi je dis qu'y a qu'les putes qui peuvent savoir aimer
Les yeux de l'intérieur sont faits d'eau et de foudre
Tu sais vraiment quelque chose quand t'as tout déréglé
Les discours, les dollars, la musique et la poudre

J'aurais voulu t'écrire une chanson d'amour
Pleine de bons sentiments, de départs, de retours
Enrobée de violons et d'échos et de choeurs
'Fin bref une chanson branchée sur le secteur

Je ne suis pas un chef, je n'sais pas marcher droit
C'est pourquoi camarade tu peux tirer ta ligne
Je chanterai toujours pour mes copains d'en bas
Ceux que je reconnais sans un mot, sans un signe

C'est sûr on m'descendra un beau jour pour la frime
Pour une façon de voir, pour une question bénigne
Je s'rais rééduqué par des curés new-look
Armés de pataugas, de parkas et de boucs

J'aurais voulu t'écrire une chanson d'amour
Pleine de bons sentiments, de départs, de retours
Enrobée de violons et de choeurs et d'échos
'Fin bref une chanson qui passe à la radio

Si j'ai fait le tour de la Terre
Tu peux pas dire que j'en suis fier
Je suis pourri jusqu'à la moelle
Qui veut me vendre un idéal

Et je zone dans les bars de nuit
Tu te retournes dans ton lit
Bien au chaud dans ton alvéole
Tu branches ma cire et tu décolles

Tu sais le soleil est moins chaud
Y'a du grisou dans le tempo
Tu m'aimes vraiment mais tu as peur
Tu tires toujours en amateur


Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif
envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact    ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  ·  1600 poèmes · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)

Cette page a mis 0.03 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr