paroles de chansons  Samedi 28 Juin
 Événements/Histoire du 28 Juin
Liste des chanteurs

Renaud
sa vie, son oeuvre

Une chanson au hasard


 
Adieu minette

Sous tes cheveux beaucoup trop blonds
Décolorés, ça va de soi
T'avais une cervelle de pigeon
Mais j'aimais ça, mais j'aimais ça

Au fond de tes grands yeux si bleus
Trop maquillés, ça va de soi
T'avais que'qu'chose de prétentieux
Que j'aimais pas, que j'aimais pas

J'avais la tignasse en bataille
Et les yeux délavés
Je t'ai culbutée dans la paille
T'as pris ton pied

Adieu fillette, nous n'étions pas du même camp
Adieu minette, bonjour à tes parents

Tu m'as invité à Deauville
Dans ta résidence secondaire
Je m'suis fait chier comme un débile
Dans cette galère, dans cette galère

Tu m'as présenté tes copains
Presque aussi cons qu'des militaires
C'étaient des vrais républicains
Buveurs de bière, buveurs de bière

Le grand type qui s'croyait malin
En m'traitant d'anarchiste
J'regrette pas d'y avoir mis un pain
Avant qu'on s'quitte

Adieu fillette, nous n'étions pas du même camps
Adieu minette, bonjour à tes parents

Et quand t'es rentrée à Paname
Super fière de ton bronzage
T'as pas voulu poser tes rames
Sur le rivage - c'est une image

Tu m'as téléphoné cent fois
Pour que j'passe te voir à Neuilly
Dans ton pavillon près du bois
Et j'ai dit oui, et j'ai dit oui

J'suis v'nu un soir à ta surboum
Avec vingt-trois d'mes potes
On a piétiné tes loukoums
Avec nos bottes

Adieu fillette, nous n'étions pas du même camp
Adieu minette, bonjour à tes parents

Faut pas en vouloir aux marioles
Y z'ont pas eu d'éducation
A La Courneuve, y'a pas d'écoles
Y'a qu'des prisons et du béton

D'ailleurs y z'ont pas tout cassé
Y z'ont chouravé qu'l'argentrie
Ton pote qui f'sait du karaté
Qu'est-ce qu'on y a mis, qu'est-ce qu'on y a mis

Ton père, j'l'ai traité d'enfoiré
Excuse-moi auprès de lui
Si j'avais su que c'était vrai
J'y aurais redit

Adieu fillette, nous n'étions pas du même camp
Adieu minette, bonjour à tes parents

Maint'nant j'ai plus envie d'causer
Tu d'vrais déja avoir compris
Qu'on est pas nés du même côté
D'la bourgeoisie, d'la bougeoisie

Arrête une minute de chialer
Tu vois quand même que j't'oublie pas
J'te téléphone en PCV
De Nouméa, de Nouméa

Ça fait trois s'maines que j'suis bidasse
L'armée c't'une grande famille
La tienne était moins dégueulasse
Foll'ment la quille

Adieu fillette, nous n'étions pas du même camp
Adieu minette, bonjour à tes parents.


Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif
envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact    ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  ·  1600 poèmes · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)

Cette page a mis 0.01 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr