poèmes
 Vendredi 18 Juillet
 Événements/Histoire du 18 Juillet
    

Philippe Desportes
sa vie, son oeuvre

Un poème au hasard


 
Le tens leger s'enfuit sans m'en apercevoir,

Le tens leger s'enfuit sans m'en apercevoir,
Quand celle à qui je suis mes angoisses console :
Il n'est vieil, n'y boiteux, c'est un enfant qui vole,
Au moins quand quelque bien vient mon mal deçevoir.

À peine ai-je loisir seulement de la voir
Et de ravir mon ame en sa douce parole,
Que la nuict à grands pas se haste et me la volle,
M'ostant toute clarte, toute ame et tout pouvoir.

Bien-heureux quatre jours, mais quatre heures soudaines ?
Que n'avez-vous duré pour le bien de mes paines ?
Et pourquoy vostre cours s'est-il tant avancé ?

Plus la joie est extrême et plus elle est fuitive ;
Mais j'en garde pourtant la memoire si vive,
Que mon plaisir perdu n'est pas du tout passé.

envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)
Cette page a mis 0.08 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr