poèmes
 Jeudi 3 Juillet
 Événements/Histoire du 3 Juillet
    

José Maria de Heredia
sa vie, son oeuvre

Un poème au hasard


 
Le serrement de mains (Romancero)
Songeant à sa maison, grande parmi les grandes,

Plus grande qu'Iñigo lui-même et qu'Abarca,

Le vieux Diego Laynez ne goûte plus aux viandes.



Il ne dort plus, depuis qu'un sang honteux marqua

La joue encore chaude où l'a frappé le Comte,

Et que pour se venger la force lui manqua.



Il craint que ses amis ne lui demandent compte,

Et ne veut pas, navré d'un vertueux ennui,

Leur laisser respirer l'haleine de sa honte.



Alors il fit quérir et rangea devant lui

Les quatre rejetons de sa royale branche,

Sanche, Alfonse, Manrique et le plus jeune, Ruy.



Son cœur tremblant faisait trembler sa barbe blanche ;

Mais l'honneur roidissant ses vieux muscles glacés,

Il serra fortement les mains de l'aîné, Sanche.



Celui-ci, stupéfait, s'écria : - C'est assez  !

Ah ! vous me faites mal ! - Et le second, Alfonse,

Lui dit : - Qu'ai-je donc fait, père ? Vous me blessez ! -



Puis Manrique : - Seigneur, votre griffe s'enfonce

Dans ma paume et me fait souffrir comme un damné !

- Mais il ne daigna pas leur faire de réponse.



Sombre, désespérant en son cœur consterné

D'entrer sur un bras fort son antique courage,

Diego Laynez marcha vers Ruy, le dernier-né.



Il l'étreignit, tâtant et palpant avec rage

Ces épaules, ces bras frêles, ces poignets blancs,

Ces mains, faibles outils pour un si grand ouvrage.



Il les serra, suprême espoir, dernier élans !

Entre ses doigts durcis par la guerre et le hâle.

L'enfant ne baissa pas ses yeux étincelants.



Les yeux froids du vieillard flamboyaient. Ruy tout pâle,

Sentant l'horrible étau broyer sa jeune chair,

Voulut crier ; sa voix s'étrangla dans un râle.



Il rugit : - Lâche-moi, lâche-moi, par l'enfer !

Sinon, pour t'arracher le cœur avec le foie,

Mes mains se feront marbre et mes dix ongles fer ! -



Le Vieux tout transporté dit en pleurant de joie :

- Fils de l'âme, ô mon sang, mon Rodrigue, que Dieu

Te garde pour l'espoir que ta fureur m'octroie ! -



Avec des cris de haine et des larmes de feu,

Il dit alors sa joue insolemment frappée,

Le nom de l'insulteur et l'instant et le lieu ;



Et tirant du fourreau Tizona bien trempée,

Ayant baisé la garde ainsi qu'un crucifix,

Il tendit à l'enfant la haute et lourde épée.



- Prends-là. Sache en user aussi bien que je fis.

Que ton pied soit solide et que ta main soit prompte.

Mon honneur est perdu. Rends-le moi. Va, mon fils. -



Une heure après, Ruy Diaz avait tué le Comte.



envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)
Cette page a mis 0.02 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr