poèmes
 Dimanche 29 Juin
 Événements/Histoire du 29 Juin
    

José Maria de Heredia
sa vie, son oeuvre

Un poème au hasard


 
Les Conquérants de l'or - IV
Or donc, un mois plus tard, au pied du maître-autel,

Dans Panama, le jour du noble Évangéliste

Saint Jean, fray Juan Vargas lut au prône la liste

De tous ceux qui montaient la nouvelle Armada

Sous Don François Pizarre, et les recommanda.

Puis, les deux chefs ayant entre eux rompu l'hostie,

Voici de quelle sorte on fit la départie.



Lorsque l'Adelantade eut de tous pris congé,

Ce jour même, après vêpre, en tête de clergé,

L'Évêque ayant béni l'armée avec la flotte,

Don Bartolomé Ruiz, comme royal pilote,

En pompeux apparat, tout vêtu de brocart,

Le porte-voix au poing, montrant au banc de quart,

Commanda de rentrer l'ancre en la capitane

Et de mettre la barre au vent de tramontane.

Alors, parmi les pleurs, les cris et les adieux,

Les soldats inquiets et les marins joyeux,

Debout sur les haubans ou montés sur les vergues

D'où flottait un pavois de drapeaux et d'exergues,

Quand le coup de canon de partance roula,

Entonnèrent en chœur l'Ave maris stella ;

Et les vaisseaux, penchant leurs mâts aux mille flammes,

Plongèrent à la fois dans l'écume des lames.



La mer étant fort belle et le nord des plus frais,

Leur voyage fut prompt, et sans souffrir d'arrêts

Ou pour cause d'aiguade ou pour raison d'escale,

Courant allégrement par la mer tropicale,

Pizarre saluait avec un mâle orgueil,

Comme d'anciens amis, chaque anse et chaque écueil.

Bientôt il vit, vainqueur des courants et des calmes,

Monter à l'horizon les verts bouquets de palmes

Qui signalent de loin le golfe, et débarquant,

Aux portes de Tumbez il vint planter son camp.

Là, s'abouchant avec les Caciques des villes,

Il apprit que l'horreur des discordes civiles

Avait ensanglanté l'Empire du Soleil ;

Que l'orgueilleux bâtard Atahuallpa, pareil

À la foudre, rasant villes et territoires,

Avait conquis, après de rapides victoires,

Cuzco, nombril du monde, où les Rois, ses aïeux,

Dieux eux-mêmes, siégeaient parmi les anciens Dieux,

Et qu'il avait courbé sous le joug de l'épée

La terre de Manco sur son frère usurpée.



Aussitôt, s'éloignant de la côte à grands pas,

À travers le désert sablonneux des pampas,

Tout joyeux de mener au but ses vieilles bandes,

Pizarre commença d'escalader les Andes.



De plateaux en plateaux, de talus en talus,

De l'aube au soir allant jusqu'à n'en pouvoir plus,

Ils montaient, assaillis de funèbres présages.

Rien n'animait l'ennui des mornes paysages.

Seul, parfois, ils voyaient miroiter au lointain

Dans sa vasque de pierre un lac couleur d'étain.

Sous un ciel tour à tour glacial et torride,

Harassés et tirant leurs chevaux par la bride,

Ils plongeaient aux ravins ou grimpaient aux sommets ;

La montagne semblait prolonger à jamais,

Comme pour épuiser leur marche errante et lasse,

Ses gorges de granit et ses crêtes de glace.

Une étrange terreur planait sur la sierra

Et plus d'un vieux routier dont le cœur se serra

Pour la première fois y connut l'épouvante.

La terre sous leurs pas, convulsive et mouvante,

Avec un sourd fracas se fendait, et le vent,

Au milieu des éclats de foudre, soulevant

Des tourmentes de neige et des trombes de grêles,

Se lamentait avec des voix surnaturelles.

Et roidis, aveuglés, éperdus, les soldats,

Cramponnés aux rebords à pic des quebradas,

Sentaient sous leurs pieds lourds fuir le chemin qui glisse.

Sur leurs fronts la montagne était abrupte et lisse,

Et plus bas, ils voyaient dans leurs lits trop étroits,

Rebondissant le long des bruyantes parois,

Aux pointes des rochers qu'un rouge éclair allume,

Se briser les torrents en poussière d'écume.

Le vertige, plus haut, les gagna. Les poumons

Saignaient en aspirant l'air trop subtil des monts,

Et le froid de la nuit gelait la triste troupe.

Tandis que les chevaux, tournant en rond leur croupe,

L'un sur l'autre appuyés, broutaient un chaume ras,

Les soldats, violant les tombeaux Aymaras,

En arrachaient les morts cousus dans leurs suaires

Et faisaient des grands feux avec ces ossuaires.



Pizarre seul n'était pas même fatigué.

Après avoir passé vingt rivières à gué,

Traversé des pays sans hameaux ni peuplade,

Souffert le froid, la faim, et tenté l'escalade

Des monts les plus affreux que l'homme ait mesurés,

D'un regard, d'une voix et d'un geste assurés,

Au cœur des moins hardis il soufflait son courage ;

Car il voyait, terrible et somptueux mirage,

Au feu de son désir briller Caxamarca.



Enfin, cinq mois après le jour qu'il débarqua,

Les pics de la sierra lui tenant lieu de phare,

Il entra, les clairons sonnant tous leur fanfare,

À grand bruit de tambours et la bannière au vent,

Sur les derniers plateaux, et poussant en avant,

Sans laisser aux soldats le temps de prendre haleine,

En hâte, il dévala le chemin de la plaine.



envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)
Cette page a mis 0.03 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr