poèmes
 Mercredi 2 Juillet
 Événements/Histoire du 2 Juillet
    

Émile Nelligan
sa vie, son oeuvre

Un poème au hasard


 
Château rural

J'eus ce rêve. Elle a vingt ans, je n'en ai pas moins ;
Nous habiterons ces chers coins
Qu'embaumeront ses soins.
Ce sera là tout près, oui, rien qu'au bas du val ;

Nous aurons triple carnaval :
Maison, coq et cheval.
Elle a l'oeil de l'azur, tout donc y sera bleu :
Pignon, châssis, seuil, porte, heu !

Dedans peut-être un peu.
Elle a cheveux très blonds, nous glanerons épis,
Soleil, printemps, beaux jours, foin, lys
Et l'amour sans dépits.

Sans doute, elle m'aura, m'ayant vu si peu gai -
Ne fût-ce que pour me narguer -
Un ange délégué !

Brusque je m'éveillai. Là-bas au jour qui gagne
Gaulois pleurait dans la campagne
Son poulailler d'Espagne !

           
envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)
Cette page a mis 0.02 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr