poèmes
 Vendredi 27 Juin
 Événements/Histoire du 27 Juin
    

Émile Nelligan
sa vie, son oeuvre

Un poème au hasard


 
Le Spectre

Il s'est assis aux soirs d'hiver
En mon fauteuil de velours vert
Près de l'âtre,
Fumant dans ma pipe de plâtre,
Il s'est assis un spectre grand
Sous le lustre de fer mourant
Derrière mon funèbre écran,
Il a hanté mon noir taudis
Et ses soliloques maudits
De fantôme
L'ont empli d'étrange symptôme.
Me diras-tu ton nom navrant,
Spectre ? Réponds-moi cela franc
Derrière le funèbre écran.
Quand je lui demandai son nom
La voix grondant comme un canon
Le squelette
Crispant sa lèvre violette
Debout et pointant le cadran
Le hurla d'un cri pénétrant
Derrière mon funèbre écran.
Je suis en tes affreuses nuits,
M'a dit le Spectre des Ennuis,
Ton seul frère.
Viens contre mon sein funéraire
Que je t'y presse en conquérant.
Certe à l'heure j'y cours tyran
Derrière mon funèbre écran.
Claquant des dents, féroce et fou,
Il a détaché de son cou
Une écharpe,
De ses doigts d'os en fils de harpe,
Maigres, jaunes comme safran
L'accrochant à mon coeur son cran,
Derrière le funèbre écran.

  
envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)
Cette page a mis 0.01 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr