poèmes
 Mercredi 20 Août
 Événements/Histoire du 20 Août
    

Anna-Elisabeth de Noailles
sa vie, son oeuvre

Un poème au hasard


 
Azur
Comme un sublime fruit qu'on a de loin lancé,
La matinée avec son ineffable extase
Sur mon coeur enivré tombe, s'abat, s'écrase,
Et mon plaisir jaillit comme un lac insensé!

O pulpe lumineuse et moite du ciel tendre,
Espace où mon regard se meurt de volupté,
O gisement sans fin et sans bord de l'été,
Azur qui sur l'azur vient reluire et s'étendre,

Coulez, roulez en moi, détournez dans mon corps
Tout ce qui n'est pas vous, prenez toute la place,
Déjà ce flot d'argent m'étouffe, me terrasse,
Je meurs, venez encor, azur ! venez encor...

Les éblouissements 1907

envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)
Cette page a mis 0.02 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr