poèmes
 Jeudi 10 Juillet
 Événements/Histoire du 10 Juillet
    

Anna-Elisabeth de Noailles
sa vie, son oeuvre

Un poème au hasard


 
Offrande
Mes livres je les fis pour vous, ô jeunes hommes,
                      Et j'ai laissé dedans,
Comme font les enfants qui mordent dans des pommes,
                      La marque de mes dents.

J'ai laissé mes deux mains sur la page étalées,
                     Et la tête en avant
J'ai pleuré, comme pleure au milieu de l'allée
                     Un orage crevant.

Je vous laisse, dans l'ombre amère de ce livre,
                    Mon regard et mon front,
Et mon âme toujours ardente et toujours ivre
                    Où vos mains traîneront.

Je vous laisse le clair soleil de mon visage,
                    Ses millions de rais,
Et mon coeur faible et doux, qui eut tant de courage
                    Pour ce qu'il désirait.

Je vous laisse ce coeur et toute son histoire,
                     Et sa douceur de lin,
Et l'aube de ma joue, et la nuit bleue et noire
                     Dont mes cheveux sont pleins.

Voyez comme vers vous, en robe misérable,
                    Mon Destin est venu,
Les plus humbles errants, sur les plus tristes sables,
                    N'ont pas les pieds si nus.

-- Et je vous laisse, avec son feuillage et ses roses,
                    Le chaud jardin verni
Dont je parlais toujours; -- et mon chagrin sans cause,
                    Qui n'est jamais fini...

Les éblouissements (1907)


envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)
Cette page a mis 0.03 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr