poèmes
 Mercredi 2 Juillet
 Événements/Histoire du 2 Juillet
    

François Villon
sa vie, son oeuvre

Un poème au hasard


 
I

L'an quatre cens cinquante six, 
Je, Françoy Villon, escollier, 
Considerant, de sens rassis, 
Le frain aux dens, franc au collier, 
Qu'on doit ses euvres conseillier, 
Comme Vegece le racompte, 
Sage Rommain, grant conseillier, 
Ou autrement on se mescompte... 

II

En ce temps que j'ay dit devant, 
Sur Noël, morte saison, 
Que les loups se vivent du vent 
Et qu'on se tient en sa maison, 
pour le frimas, pres du tyson, 
Me vint ung vouloir de briser 
La tres amoureuse prison 
Qui faisoit mon cueur debriser. 

III

Je le feiz en telle façon, 
Voyant celle devant mes yeult 
Consentant a ma deffaçon, 
Sans ce que ja luy en fust mieulx ; 
Dont je me dueil et plains aux cieulx, 
En requerant d'elle vengance 
A tous les dieux venerïeux, 
Et du grief d'amours allegence. 

IV

Et se j'ay prins en ma faveur 
Ces doulx regars et beaux semblans 
De tres decevante saveur 
Me tresparsans jusques aux flans, 
Bien ils ont vers moy les piés blancs
Et me faillent au grant besoing : 
Planter me fault aultres complans 
Et frapper en ung aultre coing. 

V

Le regard de celle m'apris 
qui m'a esté fellone et dur ; 
Sans ce qu'en riens j'aye mesprins, 
Veult et ordonne que j'endure 
La mort, et que plus je ne dure. 
Si n'y vois secours que fouïr ; 
Rompre veult la vive soudure 
Sans mes pitieux regrets ouïr. 

VI

Pour obvier a ses dangiers, 
Mon mieulx est, ce croy, de partir. 
A Dieu ! Je m'en vois a Angers, 
Puis qu'el ne me veult impartir 
Sa grace ne me departir. 
Par elle meurs, les membres sains ; 
Au fort, je suys amant martir, 
Du nombre des amoureux sains. 

VII

Combien que le depart me soit 
Dur, si fault il que je l'eslongne ; 
Comme mon povre sens consoit, 
Aultre que moy est en quelongne, 
Dont oncques soret de Boulongne 
Ne fut plus alteré d'humeur. 
C'est pour moy piteuse besongne : 
Dieu en vueille ouÿr ma clameur ! 

VIII

Et puys que departir me fault 
Et du retour ne suis certain 
(Je ne suis homme sans deffault, 
Ne qu'aultre d'assier ne d'estain ; 
Vivre aux humains est incertain 
Et aprés mort n'y a relaiz) 
- Je m'en vois en pays lointain -, 
Si establit ce present laiz. 

IX

Premierement, ou nom du Pere, 
Du Filz et Saint Esperit, 
Et de sa glorïeuse Mere 
Par qui grace riens ne perit, 
Je laisse, de par Dieu, mon bruyt 
A maistre Guillaume Villon, 
Qui en l'onneur de son nom bruyt, 
Mes tentes et mon pavillon. 

X

Item, a celle que j'ay dit 
Qui si durement m'a chassé 
Que je suis de joye interdit 
Et de tout plaisir dechassé, 
Je laisse mon cueur enchassé, 
Palle, pitieux, mort et transy. 
Elle m'a ce mal pourchassé, 
Mais Dieu luy en face mercy ! 

XI

Item, a maistre Ythier Merchant, 
Auquel je me sens tres tenu, 
Laisse mon branc d'acier tranchant, 
Et a maistre Jehan le Cornu, 
Qui est en gaige detenu 
Pour ung escot sept solz montant ; 
Je veul, selon le contenu, 
Qu'on leur livre... en le rachetant ! 

XII

Item, je laisse a Sainct Amant 
Le Cheval blanc avec la Mule, 
Et a Blaru mon dÿamant 
Et l'Asne royé qui reculle. 
Et le decret qui articulle 
Omnis utriusque sexus 
Contre la Carmeliste bulle 
Laisse aux curés, pour mettre sus. 

XIII

Et a maistre Robert Valee, 
Povre clergot en Parlement, 
Qui n'entend ne mont ne valee, 
J'ordonne principalement 
Qu'on luy baille legierement 
Mes brayes, estans aux Trumillieres, 
Pour coyffer plus honnestement 
S'amye Jehanne de Milliers. 

XIV

Pour ce qu'il est de lieu honneste 
Fault qu'il soit mieulx recompensé, 
Car le Saint Esperit l'adomoneste, 
Obstant ce qu'il est insensé. 
Pour ce, je me suis pourpensé, 
Puis qu'il n'a sens ne qu'une aulmoire, 
A recouvrer sur Mau pensé, 
Qu'on lui baille, l'Art de memoire. 

XV

Item, pour assigner la vie 
Du dessus dit maitre Robert, 
Pour Dieu, n'y aiés point d'envye, 
Mes parents, vendés mon haubert, 
Et que l'argent, ou la plus part, 
Soit emploié, dedans ces Pasques 
A acheter a ce poupart 
Une fenestre emprés Saint Jacques. 

XVI

Item, laisse et donne en pur don 
Mes gans et ma houcque de soye 
A mon amy Jacques Cardon, 
Le glan aussi d'une saulsoye, 
Et tous les jours une grasse oye 
Et ung chappon de haule gresse, 
Dix muys de vin blanc comme croye, 
Et deux procés, que trop n'engresse. 

XVII

Item, je lessë a noble homme 
Regnier de Montigny, trois chiens ; 
Aussi a Jehan Raguier la somme 
De cent frans prins sur tous mes biens ; 
Mais quoy ? Je n'y comprens en riens 
Ce que je pourray acquerir : 
L'en ne doit trop prendre des siens, 
Ne ses amys trop surquerir. 

XVIII

Item, au seigneur de Grigny 
Laisse la garde de Nygon 
Et six chiens plus qu'a Montigny, 
Vicestre, chastel et donjon ; 
Et a ce malostre changon, 
Moutonnier, qui le tient en procés, 
Laisse troys coups d'ung escourgon 
Et coucher paix et aise es ceps. 

XIX

Item, au Chevalier du guet, 
Le Hëaulme luy establis, 
Et aux pietons qui vont d'aguet 
Tastonnant par ces establis, 
Je leur laissë ung beau riblis, 
La Lanterne a la Pierre au Let, 
Voire, mes j'aray les Troys Lis, 
S'ilz me mainent en Chastellet. 

XX

Et a maistre Jaques Raguier 
Laisse l'Abeuvroir Popin, 
Paiches, poires - sucré, figuier-, 
Tous jours le choiz d'ung bon loppin, 
Le trou de la Pomme de Pin, 
Cloz et couvert, au feu la plante, 
Emmailloté en jacopin, 
Et qui vouldra planter si plante ! 

XXI

Item, a maistre Jehan Mautaint 
Et maistre Pierre Basannier, 
Le gré du seigneur qui attainct 
Troubles, forfaiz, sans espargnier ; 
Et a mon procureur Fournier, 
Bonnetz cours, chausses semelees, 
Taillees sur mon cordouennier, 
Pour porter durant ces gelees. 

XXII

Item, a Jehan Trouvé, boucher, 
Laisse le Mouton franc et tendre, 
Et ung tacon pour esmouchier 
Le Beuf Couronné qu'on veult vendre, 
Et la Vache, qui pourra prendre 
Le vilain qui la trousse au col : 
S'il ne la rend, qu'on le puist pendre 
Et estrangler d'un bon licol ! 

XXIII

Item, a Perrenet Merchant, 
Qu'on dit le Bastard de la Barre, 
Pour ce qu'il est ung bon merchant, 
Luy laisse trois gluyons de feurre 
Pour estendre dessus la terre 
A faire l'amoureux mestier, 
Ou il luy fauldra sa vie querre, 
Car il ne scet autre mestier. 

XXIV

Item, au Loup et a Cholet 
Je laisse a la fois ung canart 
Prins sur les murs comme on souloit, 
Envers les fossés, sur le tart, 
Et a chascun ung grant tabart 
De cordelier jusques aux piez, 
Busche, charbon et poys au lart, 
Et mes houseaulx sans avantpiez. 

XXV

Item, je laissë, en pitié 
A trois petis enffans tous nudz 
Nommés en ce present traictié, 
- Povres orphelins impourveuz, 
Tous deschaussez, tous despourveuz, 
Et desnuez comme le ver 
(J'ordonne qu'ilz seront pourveuz, 
Au moins pour passer cest yver) - , 

XXVI

Premierement, Colin Laurens, 
Girard Gossouïn, Jehan Marceau, 
Desprins de biens et de parens, 
Qui n'ont vaillant l'anse d'un seau, 
Chascun de mes biens ung fesseau 
Ou quatre blans, s'ilz l'aiment mieulx ; 
Ilz mengeront maint bon morceau, 
Les enffans, quand je seray vieulx. 

XXVII

Item, ma nominacïon, 
Que j'ay de l'Université, 
Laisse par resignacïon, 
Pour seclurre d'aversité 
Povres clers de cest cité 
Soubz cest intendit contenus ; 
Charité m'y a incité 
Et Nature, les voyans nudz. 

XXVIII

C'est maistre Guillaume Cottin 
Et maistre Thibault de Vittry, 
Deux povres clers parlans latin, 
Humbles, biens chantans au lectry, 
Paisibles enffans sans estry : 
Je leur laisse sans recevoir 
Sur la maison Guillot Gueutry, 
En attendant de mieulx avoir. 

XXIX

Item, et j'adjoinctz a la crosse 
Celle de la rue Saint Anthoine, 
Ou ung billart de quoy on crosse, 
Et tous les jours plain pot de Seine 
Aux pigons qui sont en l'essoyne, 
Ensserés soubz trappe voliere, 
Mon miroüer bel et ydoyne 
Et la grace de la geolliere. 

XXX

Item, je laisse aux hospitaux 
Mes chassis tissus d'arignie, 
Et aux gisans soubz les estaulx, 
Chascun sur l'eul une grognee, 
Trambler a chiere renfrongnee, 
Megres, velus et morfondus, 
Chausses courts, robe rongnee, 
Gelez, murdriz et enfondus. 

XXXI

Item, je laisse a mon barbier 
Les rongnures de mes cheveux, 
Plainement et sans destourbier ; 
Au savetier mes souliers vieulx, 
Et au freppier mes habitz tieulx 
Que quant du tout je les delaisse ; 
Pour mains qu'ilz ne cousterent neufz 
Charitablement je leur laisse. 

XXXII

Item, je laisse aux Mendïans, 
Aux Filles Dieu et aux Beguines, 
Savoureux morceaulx et fryans, 
Chappons, flaons, grasses gelines, 
Et puis prescher les .XV. signes 
Et abatre pain a deux mains. 
Carmes chevauchent noz voisines, 
Mais cela, ce n'est que du mains. 

XXXIII

Item, laisse le Mortier d'or 
A Jehan, l'espicier, de la Garde, 
Une potence de sainct Mor, 
Pour faire ung broyer a moustarde. 
Et celluy qui fist l'avantgarde 
Pour faire sur moy griefz exploiz : 
De par moy, saint Anthoine l'arde ! 
- Je ne luy feray autre laiz. 

XXXIV

Item, je lesse a Mirebeuf 
Et a Nicolas de Louviers, 
A chacun l'escaille d'un oeuf 
Plaine de francs et d'escus vieulx. 
Quant au concierge de Gouvieulx, 
Pierre de Rousseville, ordonne, 
Pour le donner entendre mieulx, 
Escus telz que le Prince donne. 

XXXV

Finablement, en escripvant, 
Ce soir, seulet, estant en bonne, 
Dictant ces laiz et descripvant, 
J'ouys la cloche de Serbonne, 
Qui tous jours a neuf heures sonne 
Le salut que l'ange predit ; 
Si suspendis et mis en bonne 
Pour prier comme le cueur dit. 

XXXVI

Ce faisant, je m'entroubliay, 
Non pas par force de vin boire, 
Mon esperit comme lÿé. 
Lors je sentis dame Memoire 
Reprendre et mectre en son aulmoire 
Ses especes colaterales, 
Oppinative faulse et voire 
Et autres intellectualles, 

XXXVII

Et meismement l'estimative, 
Par quoy prospective nous vient, 
Simulative, formative, 
Desquelles souvent il advient 
Que, par leur trouble, homme devient 
Fol et lunatique par moys ; 
Je l'ay leu, se bien m'en souvient, En Aristote aucunesfois. 

XXXVIII

Dont le sensitif s'esvailla 
Et esvertua Fantaisie, 
Qui les organes resveilla, 
Et tint la souveraine partie 
En suspens et comme mortie 
Par oppressïon d'oubliance, 
Qui en moy s'estoit espartie 
Pour monstrer de Sens la lïance. 

XXXIX

Puis que mon sens fut a repos 
Et l'entendement desmellé, 
Je cuiday finer mon propos, 
Mais mon ancrë trouvay gelé 
Et mon cierge trouvay soufflé ; 
De feu je n'eusse peu finer, 
Si m'endormis, tout enmouflé, 
Et ne peuz autrement finer. 

XL

Fait au temps de ladite datte 
Par le bien renommé Villon, 
Qui ne mengue figue ne datte, 
Sec et noir comme escouvillon ; 
Il n'a tente ne pavillon 
Qu'il n'ait lessié a ses amis, 
Et n'a mais q'un peu de billon 
Qui sera tantost a fin mis. 


envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version à imprimer dans une nouvelle fenêtre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)
Cette page a mis 0.02 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr